La sédentarité des enfants, parlons-en…

La prévention de la sédentarité chez les enfants figure parmi les thématiques sur lesquelles la CPTS Sud 77 s’est engagée à travailler.

Selon la Haute Autorité de Santé, la sédentarité se définit comme étant une situation d’éveil caractérisée par une dépense énergétique inférieure ou égale à 1,5 MET (Metabolic Equivalent of Task) en position assise ou allongée. L’équivalent métabolique (metabolic equivalent of task, ou MET en anglais) permet de calculer la dépense énergétique d’une activité physique spécifique, ainsi que son intensité.

Avec la révolution du numérique, la sédentarité est intimement liée au temps passé sur les écrans.

Les écrans de plus en plus présents…

Selon l’INSEE (1) le temps d’utilisation des écrans passe de 27% à 2 ans à 54% à 5,5 ans. Bien que la littérature nous apporte des éléments contradictoires sur l’effet des écrans sur le développement cognitif de l’enfant, ses apprentissages et sur les troubles de la santé mentale, les effets sur le sommeil sont établis. Par ailleurs on passe de 49 min par jour à 2 ans à 83 min à 5,5 ans (2). Ce temps d’exposition empiète sur celui de l’activité physique.

Vidéo : Exposition des enfants aux écrans : les familles suivent elles les recommandations ?

Des risques d’obésité plus accrus

Selon le rapport du Haut Conseil de la Santé Publique (3), les comportements associés à l’utilisation de l’écran sont des prises alimentaires augmentées, un temps de sommeil réduit et une qualité de sommeil altérée.

De plus, les enfants exposés aux écrans dès l’âge de 2 ans présentent à 5 ans un taux de masse grasse corporelle supérieur à la moyenne (INSERM, 2016). Il est donc important de réduire le temps d‘écran et d’apprendre aux enfants à faire régulièrement de l’activité physique.

Quelques recommandations

Le Haut Conseil de la Santé Publique (HCSP) recommande :

  • De proscrire les écrans avant 3 ans s’il n’y a pas d’interaction par la suite.
  • De ne pas placer d’écran dans la chambre des enfants et de ne pas les laisser regarder la télévision 1h avant l’endormissement
  • De trouver un équilibre entre autorisation et interdiction et limiter l’utilisation des écrans pour consacrer plus de temps à l’activité physique.
  • De repérer les signes d’une surutilisation des écrans et demander de l’aide aux professionnelles de santés (médecins traitant, pédiatre…) s’il le faut.

Pour aller plus loin

Bibliographie

  1. Les enfants de moins de 6 ans et les écrans numériques : à chacun son rythme, d’après l’enquête Elfe, Kevin Diter (DEPS, Ined), Sylvie Octobre (DEPS) (22/11/2022)
  2. TEMPS D’ÉCRAN DE 2 À 5 ANS ET DEMI CHEZ LES ENFANTS DE LA COHORTE NATIONALE ELFE // SCREEN TIME AMONG CHILDREN AGED 2 TO 5-AND-A-HALF YEARS IN THE FRENCH NATIONWIDE COHORT ELFE Jonathan Y. Bernard1 (jonathan.bernard@inserm.fr), Lorraine Poncet1, Mélèa Saïd1 , Shuai Yang1 , Marie-Noëlle Dufourg2, Malamine Gassama2 et Marie-Aline Charles1,2 (10/10/2022)
  3. Exposition enfants / écrans – Janvier 2020
  4. Obésité : dès 2 ans, l’activité physique et la sédentarité sont déterminantes, (24/01/2017 INSERM)

DATE DE PUBLICATION

19 janvier 2024

PARTAGER L'ARTICLE SUR :